L'UEC VSQ répond à Sylvie Faucheux

Publié le par UEC VSQ

Communiqué de l'UEC VSQ

Absente des assemblées générales, Sylvie Faucheux, présidente de l'UVSQ, a choisi mercredi le plateau de TVFIL78 pour se livrer à un exercice de justification des réformes de l'enseignement supérieur menées par l'UMP.

Les enseignants-chercheurs fortement mobilisés à l'UVSQ n'ont eu droit qu'à son indifférence, ce qui ne peut que renforcer leurs craintes si le décret relatif à leur statut venait à être appliqué. Quant aux étudiants, ils n'ont même pas été évoqués une seule fois !

Le discours tenu par Sylvie Faucheux confirme de fait le dangereux virage entamé par l'UVSQ depuis la mise en place de la loi LRU, qui vise à mettre l'Université au service des intérêts privés. En affirmant par ailleurs que « le monde de la recherche est un monde de compétition », elle renouvelle une vision utilitariste étriquée de l'université.

A Madame la Présidente de l'UVSQ dont le rôle s'apparente désormais tantôt à celui d'un manager autoritaire, tantôt à celui d'une représentante commerciale, l'UEC VSQ tient à adresser un message clair. L'UVSQ n'est pas à vendre à des intérêts privés ! L'université doit être le lieu de la production et la diffusion des savoirs au plus grand nombre ! Les étudiants refusent d'être considérés comme de la future main d'œuvre employable à merci ! Nous sommes plus que des « usagers » de l'université. Nous avons l'ambition d'un enseignement supérieur qui réponde aux besoins de la société et non aux exigences d'un système qui peine à assurer sa propre survie !

L'UEC VSQ réaffirme sa détermination à lutter contre la casse du service public de l'enseignement supérieur relayée par Madame Faucheux. Nous appelons les étudiants à participer massivement à l'assemblée générale organisée lundi 9 février et à se mobiliser pour une université publique, démocratique et populaire, notamment lors de la grande journée d'action du 10 février.

                                                                              Guyancourt, le 6 février 2009



Commenter cet article